AttentionLa médiathèque de Vaires sur Marne sera exceptionnellement fermée le jeudi 25 janvier. Merci de votre compréhension

Lire l'article complet
Partager "Annonces exceptionnelles " sur facebookPartager "Annonces exceptionnelles " sur twitterLien permanent

■ Actualités

La nuit de la lecture

La nuit de la lecture : soirée Balades orientales

Tout public à partir de 6 ans

Pour cette manifestation nationale qu'est la "Nuit de la lecture", nous vous invitons à partager avec nous une soirée aux accents merveilleux et orientaux. Vous passerez la soirée en compagnie de Layla Darwiche qui puise son répertoire dans les contes des Mille et une nuits.

Samedi 20 janvier à 20 h | Médiathèque de Courtry
Gratuit // Sur réservation

Lire l'article complet
Partager "La nuit de la lecture" sur facebookPartager "La nuit de la lecture" sur twitterLien permanent

Rencontre avec Maryam Madjidi

Auteure de « Marx et la poupée » au Nouvel Attila

Découvert en début d’année, ce roman nous a d’emblée tapé dans l’œil. Ceux qui l’ont lue se sont pas restés indifférents. Idem pour le jury du Goncourt du premier roman qui lui a remis le prix au mois de mai. Quelle entrée dans le monde littéraire ! Et quelle satisfaction pour ce petit éditeur qu’est Le Nouvel Attila ! Venez découvrir cette perle littéraire !

Samedi 27 janvier à 17 h | Médiathèque Jean-Pierre-Vernant
Entrée libre.

 

 

Lire l'article complet
Partager "Rencontre avec Maryam Madjidi" sur facebookPartager "Rencontre avec Maryam Madjidi" sur twitterLien permanent

Attention

 

 

La médiathèque de Vaires sur Marne sera exceptionnellement fermée l'après-midi du jeudi 26 janvier.

Merci de votre compréhension.

Les bibliothécaires

Lire l'article complet
Partager "Annonces exceptionnelles " sur facebookPartager "Annonces exceptionnelles " sur twitterLien permanent

Calendrier
« janvier 2018 »
Calendrier en jours du mois
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234

Édito

Le réseau des médiathèques de la Communauté d'agglomération Marne et Chantereine et le Cosanostra Skatepark sont des partenaires de longue date et ont monté, au fil des années, des opérations au sein desquelles ils ont eu l'occasion de croiser leurs publics respectifs (Printemps des poètes, lecture musicale, exposition photo, projections de films).

Le skateboard est présent à Chelles depuis de nombreuses années, c’est donc un marqueur fort de l’identité urbaine du territoire. Il a paru intéressant aux bibliothécaires et à l’équipe du skatepark de proposer des ressources documentaires sur le sujet. Ils scellent donc aujourd'hui un nouveau partenariat avec la création d'un fonds documentaire autour de la pratique du skateboard et des cultures urbaines.

Dès la deuxième quinzaine d'octobre, des livres traitant du skate  dans ses différentes dimensions – esthétique, sportive, historique, culturelle, philosophique - seront mis en place au skatepark et disponibles à la consultation de tout un chacun.  Ce fonds documentaire fait écho à une collection  autour  des cultures urbaines (street art, graffiti, musique, photographie,…), empruntable à la médiathèque Jean-Pierre Vernant.

Pour annoncer cet évènement, la médiathèque a accueilli au mois de mai dernier DEEP END*, manifestation consacrée à l’esthétique liée au skateboard. En donnant à voir des films ayant un point de vue artistique pointu comme Hybridation de Fred Mortagne, Format Perspective de Phil Evans et Topographie anecdotée du skateboard de Raphaël Zarka. En présentant un ensemble de photographies mélangeant angles de vue et techniques (Eric Antoine, Richard Dilligan, Bernard Trichet et Sergej Vutuc) et en réfléchissant sur la manière dont on documente cette pratique aujourd’hui (lors d'un débat public à l'auditorium de la médiathèque).

* « Deep end » est la partie la plus profonde d’une piscine. L’expression a été adoptée – et est restée - par les pionniers du skateboard moderne qui ont débuté dans les piscines de Venice Beach (Californie) vidées par la sécheresse de 1976. Ce qui attire les skateurs dans le deep end, c’est la recherche de la verticalité et de la radicalité, que l’on retrouve dans les films et les photographies cités ci-dessus.

 

 Film Hybridations Fred Montagne

Retour sur "Deep End" (avril / mai 2014)

Films projetés

FORMAT PERSPECTIVE (Réal. Phil Evans, Irlande, 2011, 1h03mn)

« Format Perspective » explore le travail de six photographes européens de  skate : Nils Svensson (Malmö, Suède), Stu Robinson (Belfast, Irlande du Nord), Alex Irvine (Londres, Grande-Bretagne), Rich Gilligan (Dublin, Irlande), Sergej Vutuc (Heilbronn, Allemagne) et Bertrand Trichet (Barcelone et Tokyo). Entièrement filmé en super 8, le film donne à voir les coulisses du monde du skate que ces photographes aiment par-dessus tout montrer. Philip Evans a vu son travail exposé en plusieurs points de la planète et  fait partie du collectif international d’artistes Human Pyramids Collective.

HYBRIDATION (réal. Fred Mortagne, France, 2013, 10mn)

« Hybridation » est un film d’artiste qui mêle les techniques de la vidéo et de la photo afin de saisir le mouvement et la vitesse du skateur tout en permettant au spectateur de saisir la scène. Il en ressort un document original, à l’écart des formats classiques des vidéos de skate. La musique est elle-même inédite, composée spécialement par Mount Analogue. Sont réunis ici quelques-uns des riders les plus connus, parmi lesquels Flo Mirtain, Sammy Winter, Lucas Puig, Tyler Bledsoe et Arto Saari.

NOTES FROM THE BLACK BOX (réal. David Couliau, France, 2012, 18mn)

Scott Hobbs Bourne délivre à David Couliau les coulisses de son livre « A Room with no Windows » et de son travail d’écrivain. Il donne également des détails sur son passé de skateur professionnel, sur sa « reconversion » et comment le skate et son environnement impacte toute une vie et la manière d’appréhender les choses. « Notes from the black box » parle aussi de la passion et de comment elle façonne l’individu et le nourrit.

TOPOGRAPHIE ANECDOTEE DU SKATEBOARD (réal. Raphaël zarka, France, 2008, 40mn)

A l'aide de montage de vidéo et de films sur le skateboard dont les premiers remontent aux années 1960, Raphaël Zarka dresse une typologie des espaces de pratique du skateboard. On y voit aussi bien des lieux que les skateurs se sont appropriés que des parcs construit pour la pratique du skate.

Exposition photo

DEEP END : REGARDS CROISES

Le hall de la médiathèque a accueilli un ensemble de photographies provenant de trois fonds différents. Celui de Bertrand Trichet, Sergej Vutuc, Jaka Babnik et Lars Greiwe  accompagnant Scott Bourne à travers les Balkans à la recherche de nouveaux spots (East of Adriatic, Editions 1980), celui du photographe et skateboarder irlandais Richard Gilligan qui a passé quatre ans à traquer les skateparks « faits main » en Europe et aux Etats-Unis et enfin les ambrotypes d’Eric Antoine qui fixe, sur des plaques de verre au collodion humide, le travail  des bâtisseurs du bowl de Port Land, à Bâle (Suisse).

Photographie Port Land de Eric Antoine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le skateboard pour les journées sans vagues

Le skateboard a été créé au milieu des années 1950, en Californie, par des surfeurs en quête de sensations sur la terre ferme. A l’origine, le skateboard répond à la question « Comment jouer dans l’espace urbain ? ». Tel qu’il se pratique de nos jours, il est apparu dans les quartiers populaires de Los Angeles, autour d’une plage de Santa Monica entourée de béton. Cet espace, situé entre terre et mer, va sceller la conquête de l’espace urbain par les surfeurs. Les aventuriers de la première heure ont conquis ce nouvel élément d’une extrême complexité. Les skateurs vont fréquenter les skateparks, mais bon nombre d’entre eux montreront un attachement à la pratique en ville.  Le skateboard actuel était alors appelé « planche à roulettes ». Il ressemblait encore à une trottinette avec un caisson en bois vertical surmonté par un guidon. Pour une plus grande liberté de mouvement, le guidon va vite être retiré

Le skateboard est bien sûr un sport mais avant tout un art de vivre. Il est rattaché à des musiques, des modes de pensée et vestimentaires bien précis. Dès ses débuts, il gagne le cœur des moins de 20 ans aux Etats-Unis puis dans le monde entier. Le skateboard a lui aussi ses légendes, comme Tony Hawk, Eric Koston, et Duane Peters.

Des bowls à la rue

C’est d’abord le slalom de rue, entre des plots puis libre, qui sera pratiqué entre 1955 et 1965. Au même moment, le freestyle se développe. Le skateur, inspiré par le patin à roulettes et le patinage artistique, fait de la ville son terrain de jeu favori. Il exécute sur sa planche des figures toujours plus esthétiques mais aussi plus périlleuses. Aux Etats-Unis, puis en Europe, le skateboard est montré du doigt par les autorités et même interdit dans certaines villes. Des skateparks sont alors construits pour accueillir les skateurs en marge de l’espace public.

La première compétition de skatebaord a lieu aux Etats-Unis en 1963. Le public de ces manifestations spectaculaires est de plus en plus nombreux. Mais l’embellie est de courte durée puisque le skateboard est déjà passé de mode au milieu des années 1960. Les skateparks ferment leurs portes mais les irréductibles continuent  à évoluer dans l’espace urbain. Les skateurs s'approprient tous les plans inclinés qu'ils trouvent afin de retrouver les mouvements libres et fluides des surfeurs dans le creux d’une vague.

Evolutions techniques des années 1970

L’adoption du polyuréthane dans la conception des roues donne au skateboard un nouveau souffle. Pas moins de deux millions de planches sont en circulation aux Etats Unis au début des années 1970.

A cette époque, survient en Californie une très forte sécheresse. Les propriétaires de villas ont reçu l’interdiction de remplir leurs piscines. Les skateurs s'emparent alors de ces bassins aux formes arrondies pour retrouver les mêmes inclinaisons que sur les vagues. Une nouvelle génération de skateparks se construit sur le modèle des piscines vides dès la fin de la décennie, comme en témoigne le skatepark Le Béton hurlant à Paris.

Les adeptes du « Do it yourself »

Le nombre de pratiquants baisse à nouveau au début des années 1980.  La veine musicale punk rock et le mode de pensée du « Do it yourself » sont toutefois restés intacts. Les skateparks diversifient leurs plans inclinés mais c’est encore et toujours la recherche de la surface « skatable » idéale qui occupe les skateurs. Partout dans le monde, les pratiquants repèrent des friches urbaines où créer leur espace de liberté. C’est l’époque des figures à 360 ° dans les pipelines (tuyaux industriels fermés ou à ciel ouvert) et des bowls (vagues en béton) coulés sous les échangeurs d’autoroutes. Loin de se cantonner à créer  leurs propres espaces de jeux, les skateurs autoproduisent des fanzines, qui documentent leur pratique et leur culture.

Dans les années 2000, le skateboard revient en force. L’image cool et rebelle du skateur est très largement reprise par de nombreuses marques de vêtements et d’équipements sportifs. Le skateboard actuel est extrêmement polymorphe.  Autant en quête d’esthétisme que de liberté, il se décline sur toute forme de terrains.

Références :

Raphael Zarka, Une journée sans vagues, chronologie lacunaire du skateboard, Editions B42, Paris, 2009

Raphael Zarka, La conjonction interdite, notes sur le skateboard, Editions B42, Paris, 2011

 

Le fonds documentaire

Découvrez le fonds documentaire mis en place au Cosanostra Skatepark, en collaboration avec le réseau de lecture publique de la Communauté d'agglomération Marne et Chantereine : beaux-livres (photographies), essais, catalogues d’expositions et ouvrages historiques sur le skatebord...

      

 

 

 

 

Petite sélection non exhaustive :   

  • Jeffrey deitch, Art in the Streets, Rizzoli, New-York, 2011  
  • Eric Antoine, Port Land, éditions 19/80, 2014   
  • Phil Evans, Format perspective : a documentary film, Work in Progress, 2011
  • Mike Blabac, Blabac Photo : the Art of skateboarding photography, PowerHouse Books, 2009 
  • Daniel campo, The Accidental Playground : Brooklyn waterfront narratives of the undesigned and unplanned, Empire State Editions, 2013
  • Sean Cliver, The Disposable : Skateboard Bible, Gingko Press, 2009
  • Pontus Alv, Alexander Basile, Bertrand Trichet, Dirt Ollies, A skateboard trip to Mongolia, Bildschöne Bücher, 2007
  • James Davis, Skateboarding is not a crime : 50 years of street culture, Firefly Books, 2004
  • Seb Carayol, Look away the art of Todd Francis, Wins, 2004
  • Richard Gilligan, DIY / Underground skateparks, Prestel Verlag, 2014
  • Brian Gaberman, A life in transition : The Element years 2006 - 2013, Element, 2013
  • Doug Palladini, Stories of sole from Vans Originals, Clibborn, 2009
  • Mackenzie Eisenhour, Cliché : Résumé, Gingko Press, 2010
  • Jim Fitzpatrick, Skateistan : The Tale of skateboarding in Afghanistan, Black Box
  • Raphael Zarka, Une journée sans vague : Chronologie lacunaire du skateboard 1779 - 2009, éditions B42, 2009
  • Dirk Vogel, Made for skate : The illustrated history of skateboard footwear, FauxAmi Exhibitions, 2010
     

et beaucoup d'autres titres !...............                                                   

 

Sk@te (sites web autour du skateboard, en France et ailleurs)

Somaskate

Aproposkatemag

Gone

Sugar

Kingpin

Sidewalk

Grey

Playboard

Skateboarding Magazine

Anzeigeberlin

Brokenmagazine

Thatnoise

Erosion

Trasher

Skatebordermag

Focus

Confusion

Slamskateboarding

Concrete Skateboarding

Cemporcento

Sk8

Skateboarding.com

Europeskate

Skatemalmö

Tacky

Slap

Crailtap

 

Beaucoup d'autres sites concernant le skate existent sur la Toile. A vous de les trouver !

Médiathèque Jean-Pierre Vernant (Chelles)

Médiathèque Jean-Pierre Vernant (Chelles)

9 place des Martyrs de Châteaubriant
77500 Chelles
01 72 84 62 96
bibliotheque.chelles@agglo-pvm.fr
Partager "Un fonds documentaire au skatepark de Chelles" sur facebookPartager "Un fonds documentaire au skatepark de Chelles" sur twitterLien permanent